L’Orphelin de la Chine, de Voltaire. Théatre « Les Salons » à Genève

L’Orphelin de la Chine - AfficheTHÉÂTRE LES SALONS – GENEVE
23, 24 et 25 avril à 20h

Après les mises en scène des Fêtes à Voltaire 2003, 2004, 2005, 2006, l’écriture et la mise en scène de Voltaire/Newton (…et inversement) en 2004, la mise en scène de Candide de Voltaire en 2006 :

Le Théâtre Les 50 présente «  » pièce en cinq actes de Voltaire

Réservations : Internet – http://les50.free.fr, Théâtre Les Salons: 022 807 06 33, Migros Genève: rue du Prince 7 Ch-1204 Genève
Téléphone Les 50 – 00 33 (0)4 50 56 37 77, Mail – les50@free.fr

Ce qu’ils en disent dans les médias :

  • Marjolaine Miège, Radio Zone, Radio Pleine Lune, 2 avril 2008
    • Le public sait reconnaître le talent de Frédéric Desbordes dans la mise en scène des textes de Voltaire. Très bien joué, le ton est juste, les costumes sont magnifiques et le décor d’une parfaite sobriété. Une belle réussite, acclamée par le public lors de cette première au théâtre du Bordeau.
  • Christine Soret, Le Dauphiné libéré, 4 avril 2008
    • Gengis-Khan au 13e siècle arrive à Pékin et va abattre la dynastie des empereurs de l’époque. Mais un enfant va être substitué à un autre. C’est la thématique du pouvoir et de la manière dont le pouvoir peut être pérennisé vu par Voltaire…
  • Philippe Lefait, France 2 « Des Mots de Minuit », 9 avril 2008
    • Remarquable représentation de l’Orphelin de la Chine mis en scène par Frédéric Desbordes jeudi soir au théâtre Antoine Riboud. Le sujet était d’actualité : entre culture et barbarie « qui sont les barbares aujourd’hui ? » s’interroge avec Voltaire, Frédéric Desbordes…
  • Martine Régnier, Le Dauphiné libéré, 12 avril 2008

Le mot du metteur en scène :

Le temps est celui de Temujin, appelé aussi Gengis Khan, lors de sa conquête de Pékin en l’année 1215. Gengis Khan a résolu d’exterminer la dynastie vaincue en tuant le dernier fils de l’empereur. Or celui-ci est sauvé par le mandarin Zamti qui lui substitue son propre enfant. Son épouse, Idamé, arrache son fils au bourreau….

Peut-être faut-il abandonner les jeux du pouvoir. Voici l’un des enjeux des personnages de l’Orphelin de la Chine. L’autre est de nous prouver que la culture peut faire reculer la barbarie.

Le thème et les personnages sont redevenus contemporains pour notre plus grand étonnement et pour notre plus grand plaisir.

Frédéric Desbordes

Prix des places :
CHF – 20* – 30** – 40
*Jeunes de moins de 18 ans, étudiants et enseignants
**chômeur, retraité et AVS